Comment les emballages nous emballent

Boissons ou céréales, les emballages nous emballent par mille moyens: couleurs vives, personnages joyeux qui invitent les bambins dans un monde de jeux, mascottes en cadeau dans la boîte et promesses de dynamisme pour tous les âges avec parfois la photo d’une famille réunie autour du petit-déjeuner 1-4. Les informations nutritionnelles sont à peine visibles. D’ailleurs, les enfants étant souvent prescripteurs pour ce type d’achats, les fabricants s’empressent de les séduire. En 2003, une étude belge du Centre de recherche et d’information des organisations de consommateurs (CRIOC) avait prouvé que près de 9 jeunes sur 10 proposent des produits à acheter ou les placent spontanément dans les chariots à commissions5. La Fédération romande des consommateurs a multiplié les études pour nous éclairer sur les multiples facettes de ces produits, une occasion d’interroger nos consommations.

Pourquoi parlons-nous encore de céréales, alors qu’il s’agit d’une alimentation industrielle pleine de graisses et de sucres, habitude matinale qui contribue au surpoids de nos jeunes, tout en les habituant à un «prêt-à-consommer» déséquilibré? Le but du marketing est bien sûr de nous faire croire que les petits-déjeuners de «sucréales» 6 sont aussi sains que les céréales consommées par nos ancêtres. Or, saviez-vous que pour une même marque, les produits alimentaires des enfants contiennent souvent davantage de sucre que ceux destinés aux adultes? 7

Tenneur en sucre des céréales pour adultes et enfants

Comment se fait-il que nous soyons si nombreux à boire de tout sauf de l’eau pour étancher notre soif? En observant les rayons boissons de différents magasins, force est de constater que les stratégies publicitaires
-incluant le parrainage d’événements de sports extrêmes- ont réussi à nous rendre accros à des boissons dites énergisantes, dont les ingrédients clés sont les édulcorants, les colorants et la caféine. Combien de sucre ingérons-nous avec ces boissons? 8

sucres: combien de morceaux sont-ils cachés dans la boisson ?

Entre 1850 et 2014, la consommation moyenne de sucre(s) par habitant est passée de 3 à 39kg. Quant aux boissons rafraîchissantes édulcorées, la Suisse se situe en tête de peloton. Nous ingurgitons souvent plus de 50g de sucre par jour, ce qui correspond à 12,5 morceaux qui ne sont en principe pas consommés tels quels.9  A noter que si le taux de sucre d’un Coca reste inchangé d’un pays à l’autre, d’autres marques sont davantage sucrées en Suisse ou en Allemagne.10  Est-ce lié à des recherches de marché ou à des différences de taxation obtenues par des ministères de la santé préoccupés par les problèmes de diabète? Aviez-vous remarqué de telles différences en buvant vos potions préférées à l’étranger? Et combien de sucre caché avalez-vous au quotidien? Que mangez-vous au petit-déjeuner et que buvez-vous au cours de la journée? A votre avis, comment ces habitudes vous sont-elles venues?

« Décod’emballage » par la FRC (Fédération romande des consommateurs)
1. Comprendre pour mieux consommer (matériel pédagogique pour l’élève)
2. Analyse des messages sur les emballages alimentaires (matériel pédagogique pour l’enseignant.e)
3. Mieux décrypter les emballages 2020
4. Comment on emballe nos enfants 2015
5. De l’art d’emballer les enfants 2011

A propos de sucre
6. «Trop sucrées, les céréales !» 2012
7. Messieurs les fabricants, pensez à la santé des enfants ! 2016
8. Boissons sous la loupe 2017
9. Observatoire du sucre 2021
10. Baromètre mondial des ventes de boissons sucrées (tableau) 2015
11. Trop de sucre dans les sodas suisses 2018