La fondation

Qui sommes-nous ?

La fondation images et société est reconnue d’intérêt public et basée à Genève (Suisse).

Elle est le fruit de trente ans de collaborations avec des institutions et des entreprises en Suisse et à l’étranger (Scandinavie, Allemagne et Brésil en particulier), ses activités et ses collections visuelles ont été réunies sous la forme d’une fondation en 2008.

Son but est la promotion, auprès d’un large public, du décodage et de l’analyse des images, ainsi que l’encouragement au questionnement sur les valeurs qu’elles véhiculent. Elle organise des ateliers, des formations, des conférences et propose des expositions didactiques itinérantes.

 

Expérimentée

La fondation est le fruit de plus de 30 ans de collaborations avec des acteurs de l’art, de l’éducation, de la santé et du marketing en Suisse et à l’étranger.

Captivante

De nombreux médias ont parlé des activités socio-culturelles de la fondation avec plus de 150 articles, interviews et documentaires.

Appréciée

La fondation a collaboré avec plus de 50 partenaires en Suisse comme Education 21, Promotion santé suisse, le canton et la Ville de Genève, Swisscom et la RTS.

Buts et vision

Quelle est notre mission ?

A l’heure de l’IA et des écrans, des photos et vidéos trafiquées propagées à toute vitesse, nos repères sont mis à mal dans tous les domaines de notre vie, du privé au professionnel. Face à des modèles inatteignables, l’estime de soi se dégrade dès le plus jeune âge comme le démontrent les études psycho-sociales de l’OMS et les statistiques nationales. Que nous le voulions ou non, nous sommes toutes et tous sous influence.

Voir les statuts

Inconsciemment nous absorbons une multitude d’injonctions sociétales que nous questionnons rarement. De plus, l’habitude nous rend aveugle à notre environnement visuel. Dans ce contexte, une solide éducation aux images et aux médias devient une boussole essentielle pour interroger les informations visuelles. C’est pourquoi la fondation images et société propose des outils de « décod’image » multi-publics pour éclairer la face cachée des images qui nous impactent à notre insu.

Bien-être

Le « décod’image », c’est prendre du recul par rapport aux modèles extrêmes des médias. Être en paix avec son apparence et agir pour sa santé.

Liberté de choix

Décoder les images, c’est interroger les informations visuelles pour mieux choisir. Être moins influencé.e par les rumeurs et davantage à l’écoute de soi-même.

Vivre ensemble

Décrypter les images à plusieurs, c’est s’enrichir avec les perspectives de chacun.es. Reconnaître nos différentes façons de voir et d’être.

Compétences

Savoir voir c’est le sport du 21e siècle pour mieux comprendre ce que véhiculent les messages visuels. Repérer les mécanismes et voir malin au quotidien.

Buts et vision

Quelles sont les problématiques ?

A force de me voir avec des filtres sur Instagram, je me trouve plutôt moche quand je me vois dans un miroir. Le travail de «décod’image» m’a fait du bien.

Sarah, 28 ans, stagiaire à fondation images et société

Sur les réseaux, j’aime quand il y a beaucoup de commentaires et je ne me posais pas trop de questions sur ce qui est vrai ou pas.

Garçon de 16 ans dans un atelier de «décod’image»

80% des étudiantes ayant feuilleté des magazines de mode rapportaient, immédiatement après, une moindre satisfaction corporelle que celles ayant parcouru des revues d’actualités

Les troubles du comportement alimentaire, Rebecca Shankland, 2009

Différentes expériences scientifiques ont démontré que nos choix et préférences sont influencés inconsciemment. Le simple fait de voir une marque à plusieurs reprises nous fait préférer cette marque d’autant plus que l’exposition est inconsciente.

Robert Zajonc, cité par Arnaud Pêtre, chercheur, Université catholique de Louvain

D’après leurs déclarations, les 12 à 19 ans passent de 3h15 à 5 heures par jour sur leur téléphone.

Etude JAMES 2022 sur les activités médias des jeunes en Suisse

En 2010, « 40 % des garçons et 50% des filles entre 11 et 15 ans étaient insatisfaits de leur apparence physique. Et dans les pays industrialisés, l’inquiétude et l’insatisfaction en lien avec le poids et l’image corporelle avaient progressé.

Etude HBSC Health Behaviour in School-aged Children, OMS Europe, 2009/2010

En 2015, « 60% des filles de 17 à 21 ans souhaitaient être plus minces et plus de la moitié avait déjà suivi un régime, 77% des garçons voulaient être davantage musclés et les trois-quart d’entre eux faisaient des efforts dans ce sens.

Promotion Santé Suisse, Etude en Suisse alémanique, 2015

En 2022, lors d’ateliers de « décod’image », des fillettes de 7-8 ans déclarent « Bon, moi je suis moche, mais c’est vrai que ces mannequins des photos sont toutes belles. »

Participantes d’ateliers de « décod’image »

Le Conseil de fondation

Qui participe au Conseil de fondation ?

Liliane Maury Pasquier marraine d’honneur, conseillère aux Etats, présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), sage-femme.

Christine Ruiz-Kerendi présidente depuis 2013, neurolinguiste et coach d’adultes.

Pietro Bongiovanni vice-président, directeur de l’entreprise MCA concept (conception et développement de logiciels de gestion d’entreprises).

Laurence Fehlmann Rielle secrétaire, conseillère nationale, anc. directrice de la FEGPA (prévention alcool et cannabis) et de Carrefour addictionS

Les anciens membres du conseil de fondation

Pierre Jaccoud président d’honneur et cofondateur de la fondation en 2008, anc. actif dans les associations de parents d’élèves et pour les 50+.

Martine Sumi membre d’honneur et membre du Conseil de fondation depuis 2008, anc. conseillère municipale, cofondatrice de F-information et du Bureau de la promotion de l’égalité entre femmes et hommes.

René Rickenmann anc. secrétaire de la fondation, anc. chargé d’enseignement à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève.

Maury pasquier souriante

L’équipe actuelle

Qui sont les personnes-ressources ?

Eva Saro est responsable de projets. Elle a initié les activités de « décod’image » pour des musées, des écoles, des programmes de santé et des entreprises en Europe et au Brésil. Elle a participé à des projets européens d’éducation visuelle (Netdays et The Learning Eye).

Sebastian Niebergall est un artiste polyvalent et enseignant. Il contribue à la plateforme EyeSmart avec Giovanna Di Marzo (directrice du Centre universitaire d’informatique), Nicolas Cubaud (EyeSnap) et Lionel Lourdin (ideavox).

Le reste de l'équipe

Edith Matringe est enseignant.es et met ses compétences en techniques de communication à disposition de la fondation pour enrichir nos ateliers de «décod’image».

Michel Herment aide à la digitalisation des collections visuelles et prépare des contenus de communication sur les réseaux sociaux.

John Ainsworth, Williams Mourière et José Fernandez collaborent et conseillent la fondation dans leur domaine respectif.

La fondation accueille des stagiaires et des bénévoles pour des collaborations ponctuelles

L'équipe passée

Site internet :
Alex Selejan, Mario Togni, Sebastian Niebergall, Bazyl Wierzbicki, Gabriel Zambrano, Morena Nardone et Virginie Monod avec Eva Saro.

Documentation et co-organisation :
Priscilla León Moron, Sarah Serin, Simon Zanotelli et Sarah Chollet, Binan Khabbaz Hamoui, Ariane Valtat, Gil Oliveira, Nicole Godonou Dossou Bercher, Eve Papillon, Yves-Alain Schaer, Isabel Decelière, Felisa Corboz Prado Panameño, Elisa Murcia Artengo, Eliane Cardoso, David Goldsworthy, Jenishbek Edigeev, Shanhaz Borghee, David Pfefer, Leila Ghinachi, Céline Berset, Suzana Hauser, Aline Pignier et Juliane Lupi avec Eva Saro.

Communication :
Célia Collados, Eduard Maximov (Smart Ideas), Sophia Boubrahimi, Cristina Garcia, Lamia Fadla et Pamela Chiuppi avec Eva Saro.

Vidéo, photo, graphisme :
Snaï Interlegator (Totem SA), Jean-Olivier Curdy, Fabrice Piraud, Paola Bernasconi, Julien Brunner, Laura Medina et Patrick Perrottet.

Ateliers de «décod’image» :
Frédéric Hiltbrand, Aurélie Magnin, Leo Spafford et Sebastian Niebergall avec Eva Saro.

Exposition :
Shivani Berry, Paola Bernasconi et April Mae Alegre, Amina Belkasmi, Ariane Lehmann et Tim Ruata de la HEAD avec Jérôme Baratelli avec Eva Saro.

Informatique :
Bagehri Sylla, André Pache, Daniel Waridel et David Saudan.

Les prestations

Quelles prestations offre la fondation images et société ?

Les prestations de «décod’image» abordent différents thèmes, allant des stéréotypes de genre et de culture à la fabrication des images. Le format est adapté aux besoins des publics, qu’ils soient élèves, accompagnant.es adultes ou curieux des images.

Découvrez nos outils pour décrypter les images seul ou en groupe, pour apprendre à voir malin, développer votre confiance, mieux choisir et oser votre différence.